Madame, Monsieur,

La rentrée de septembre ouvre symboliquement la reprise des activités, qu’elles soient scolaires, professionnelles, publiques, ou autres, après qu’elles aient tourné au ralenti durant tout l’été.

Le groupe scolaire Jules Renard, bien entendu, n’a pas
fait exception à cette règle. Le trois septembre tout le monde était présent : enfants, parents, enseignants, agents territoriaux, élus. La reprise s’est effectuée dans de bonnes conditions d’organisation tant sur le plan du périscolaire que de la restauration, domaines où chacun et chacune, parents et mairie, semblent avoir trouvé leurs marques. Les années à venir vont voir graduellement le nombre d’élèves augmenter dans les deux écoles du groupe du fait de l’arrivée de nouveaux habitants. C’est en raison de cela et en dépit d’un retard momentané dû à une interprétation discutable de nos dossiers par
la Préfecture qu’il est indispensable qu’une nouvelle école maternelle voit le jour afin de remplacer le bâtiment actuel beaucoup trop ancien.

La mise au point des derniers détails de la réhabilitation de la rue des Canadiens – RD 313 – s’achève. La
réception de celle-ci sera bientôt effective. Chacune, chacun, peut maintenant bénéficier de ce qui devient un lieu de promenade fréquenté. Si l’on en juge par l’utilisation importante des deux voies de cheminement, la population de Saint-Ouen
(et même d’Elbeuf pour ce qui concerne le quartier du Buquet) s’est appropriée l’endroit avec beaucoup d’enthousiasme et c’est un réel plaisir de voir des couples, des mamans avec des poussettes, de jeunes enfants à vélo, des joggeurs, etc., déambuler à loisir, au soleil, de chaque côté de cette route.

En raison du développement de l’urbanisme de certaines parties de la commune, le nombre d’enfants se rendant au collège de Grand Bourgtheroulde augmente régulièrement. Leur transport est assuré, chaque matin et chaque soir, par des cars pour lesquels des arrêts sont positionnés à différents endroits des trajets. Dans certaines situations il est devenu nécessaire de
reconsidérer le positionnement de ces arrêts. La rue des Fougères, la rue des Ecameaux et la rue des
Bruyères en sont un très bon exemple. Il y a là de nombreux collégiens (et plus encore de futurs) qui doivent faire un long et pénible chemin à pieds pour gagner un arrêt ou en revenir, ou bien qui sont conduits par leurs parents aux arrêts de cars du
centre de la commune. La première demande d’amélioration de ces conditions faite par la commune date de 2016. La patience est une vertu sans doute récompensée puisque, après de nouvelles démarches, nous avons enfin obtenu la création d’une ligne supplémentaire qui sera mise en place en fin d’année. Elle desservira les rues énumérées plus haut et deux arrêts-abris seront créés : le premier rue des Bruyères et le second rue des Ecameaux dans la zone de la rue des Fougères.
Ces nouvelles dispositions vont éviter aux enfants un trajet parfois dangereux pour gagner un arrêt éloigné et permettre également aux parents de ne plus effectuer d’allers-retours matinaux, soulageant de cette façon la circulation.

Dans le cadre de nos projets, afin de continuer l’aménagement de la commune en offrant à toutes et à tous quelques espaces de détente, la Mairie a acquis la parcelle arborée qui se trouve à l’entrée de la rue Victor Hugo en bordure de la rue des Canadiens. Cet endroit sera aménagé de manière à permettre,
lorsque l’on se promène sur le cheminement piétonnier, de s’asseoir et passer quelques instants tranquilles à l’ombre des arbres qui s’y trouvent. La municipalité tient à remercier très sincèrement Madame Weigscheder ainsi que ses enfants d’avoir
permis à la commune cette facilité d’acquisition.

Le 29 juin, en présence de la Gendarmerie, s’est tenue une réunion publique à la salle des fêtes. Le thème en était « La participation citoyenne ». Sujet que l’on peut présenter comme une entraide entre voisins d’un même quartier face au risque de cambriolages. Cette réunion était organisée à la demande d’habitants de Saint-Ouen qui désiraient qu’une réponse soit apportée à leurs inquiétudes face à ce risque. Les dispositions à mettre en œuvre dans ce cas se font sur la base d’un volontariat et en coopération avec la Préfecture, la Gendarmerie et la Mairie. Les volontaires seront les bienvenus, mais à ce jour, en dépit des demandes à cet égard, personne ne s’est encore manifesté auprès de la mairie.

Une cérémonie liée à la commémoration du centième anniversaire de l’Armistice de 1918 se déroulera le 11 novembre prochain à la Mairie devant le Monument aux Morts à neuf heures trente. Un éclat plus particulier sera donné à cet anniversaire symbolique afin de rendre un hommage populaire et fervent à la mémoire de tous ceux qui donnèrent leur
vie pour sauver la France.

Très cordialement.
Le maire
Jean Aubourg