Madame, Monsieur,

Il est fréquent dans le cadre du quotidien, au hasard d’une rue de la commune ou chez un commerçant, que vous croisiez un membre de la municipalité.

En cette période où l’on parle beaucoup d’élus, il me semble nécessaire d’apporter quelques précisions d’ordre général, non pas sur ce qu’il est convenu d’appeler les élus nationaux, mais sur des élus plus proches de vous, les élus de proximité, les élus municipaux.

Après les élections municipales, partout en France, les proportions de voix exprimées pour chacune des listes en présence permettent
d’élaborer les conseils municipaux. Dans notre commune, au terme de la législation, il est composé de dix-neuf personnes. Soit,hormis le maire, une parité de neuf femmes et neuf hommes. Le maire nomme ensuite les adjointes et les adjoints, parmi les membres de ce nouveau conseil.

Une fois celui-ci constitué la mission de l’ensemble des élus, issus d’une liste ou de l’autre, est alors de définir et mettre en place la politique communale telle qu’établie et décrite dans les documents de la campagne électorale.

Le bon sens, le temps et la vision de l’intérêt public devraient, peu à peu, niveler les différences. Ce n’est évidemment pas toujours le cas, mais, c’est néanmoins ce qui s’est produit chez-nous, à Saint-Ouen-du-Tilleul.

Cette tâche exigeante dure six ans – la durée d’un mandat – au cours desquels il faut administrer la commune, favoriser son développement, décider des travaux, les mener à terme, gérer le patrimoine, organiser les élections, répondre aux demandes nombreuses des administrés, etc.

Les élus communaux sont tenus d’assister aux conseils municipaux, soit environ huit par an. Certains d’entre eux siègent au Conseil Communautaire et toutes et tous sont nommés dans différentes commissions municipales (Finances, Ecole, Communication, Animation, etc.) ou sociale (le Centre Communal d’Action Sociale) avec, dans ce cas, la participation de personnes non élues.

Il faut également bien faire la différence entre élus et employés de la mairie, c’est-à-dire agents territoriaux. Les élus définissent les grandes orientations et les objectifs à atteindre, tels que décrits dans le programme, ou bien les problèmes qui surgissent inopinément. Les agents territoriaux s’occupent de la mise en œuvre d’un certain nombre de ceux-ci. A l’inverse des élus qui ne font « que passer », les agents territoriaux exercent leur activité de mandat en mandat.

Quelques élus perçoivent une indemnité définie par des textes de loi très précis. Ces indemnités sont en proportion de la taille des
communes, avec une marge d’application laissée à leur appréciation. Dès le début de ce mandat, lors d’une délibération, le conseil municipal a voté la baisse
des indemnités du maire et de ses adjoints. Plus largement, comme tout citoyen imposable, un élu municipal paie ses impôts et ne bénéficie dans le cadre de son mandat d’aucun passe-droit, ni avantage.

D’une manière générale, en fonction des compétences qui leur sont attribuées – ou bien de celles qui leur restent – ils œuvrent, ici comme ailleurs, pour le plus grand bien des habitantes et des habitants des communes dont ils sont le maillon de l’Etat le plus proche, le plus immédiat et le plus accessible.

Très cordialement.
Le maire
Jean Aubourg