Madame, Monsieur,

Ainsi que nous nous y étions engagés, un certain nombre de projets ou d’initiatives communales ont vu le jour ou sont en cours de développement. Vous en êtes quotidiennement les témoins. Je ne vais pas ici vous en faire une liste détaillée, mais simplement évoquer d’une manière générale ce qui peut éventuellement être une source bien naturelle d’interrogation pour chacune et chacun : le financement de tout cela. Il faut savoir que ces travaux, d’améliorations, de construction, de mises aux normes, etc., sont financés de deux manières essentielles : l’ensemble des subventions qui leur sont liées par nature et le budget communal, qui, lui, est abondé en très grande partie par les dotations d’Etat et la fiscalité locale. Dans ce contexte, je n’évoquerai pas à nouveau, puisque désormais de notoriété publique, la baisse régulière des dotations que l’Etat a versées aux communes. Ce problème récurrent est maintenant, comme vous le savez, doublé d’un autre plus récent : la suppression, dans une très large mesure, de la perception de la taxe d’habitation. Or, ce qui s’avère être, pour les foyers, une mesure financièrement positive, représente pour les communes la perte de revenus qui permettaient des financements ou des investissements. Il semble néanmoins, si l’on se fie aux annonces, que le montant de celle-ci nous serait reversé par l’Etat au centime près. Peut-être… mais beaucoup de promesse faites par le passé, quels qu’en soient leurs auteurs, se sont diluées avec le temps.
Il nous faut donc avant tout, ainsi que cela se fait dans chaque foyer, compter d‘abord sur nous et veiller sur notre budget. Les finances communales sont l’objet d’une attention constante. La Commission en charge du budget se réunit très régulièrement et veille à la gestion et au maintien dans leur cadre respectif des différents budgets dédiés au fonctionnement ou à l’investissement. Des mesures d’économies sont prises chaque fois que cela est possible (la plus récente, mais aussi la plus spectaculaire, est l’économie générée par la coupure nocturne de l’éclairage). Cette vigilance de tous les instants a permis, par exemple, de ne pas faire appel à l’emprunt, mais à nos fonds propres, pour financer la réalisation de chacune des tranches d’enfouissement de réseaux. Par conséquent, de ne pas endetter la commune avec de nouveaux emprunts. A terme, cela signifie aussi ne pas augmenter la fiscalité locale, alors que l’on entend parler, ici ou là, pour telle ou telle commune, d’augmentations fiscales parfois considérables. Je vous informerai plus en détail de tout ceci lors de la préparation et du vote du budget communal pour 2018. Permettez-moi enfin, chers amies et amis, puisque la période approche et que l’occasion m’en est donnée, de vous souhaiter à toutes et à tous, ainsi qu’à vos proches, de très bonnes fêtes de fin d’année en oubliant pendant quelques temps les tracas de la vie courante.

Très cordialement.

Le Maire

Jean AUBOURG